Rechercher

Crise d'adolescence : qui suis-je?

Dernière mise à jour : 15 sept. 2021

L'adolescence est un moment charnière entre l'enfance et l'âge adulte


Cet "entre deux" que constitue l'adolescence induit d'importants remaniements physiques et psychiques. Il s'agit d'une période charnière : à la fois un deuil de l'enfance (impliquant des moments cafardeux), et un accès vers l'âge adulte avec tout l'élan que ce mouvement impulse.


L'adolescent est un être qui souffre de perdre une certaine identité, pour accéder à une autre identité qu'il ne connait pas encore. Cette période féconde de l'existence qui est une phase de mutation serait l'équivalent d'une seconde naissance.

Souvent, l'ado se sent mal sans savoir pourquoi, ou sans pouvoir l'exprimer.

Face à ce mutisme dont ils ne comprennent pas la raison, les parents se sentent parfois désemparés.


Causes psychologiques et manifestations de l'adolescence


L'adolescent veut être considéré comme un adulte. Les parents entendent régulièrement : "je ne suis plus un enfant!". Effectivement, il a besoin d'être reconnu de façon autonome ; toutefois, cette évolution psychologique constitue un mouvement progressif fait d'allers-retours. L'adolescent mûrit mais repasse régulièrement par des moments de régression vers des postures infantiles qui lui sont nécessaires pour se construire .

Ainsi, ces remaniements peuvent conduire à une crise identitaire, plus ou moins marquée, qui pose la question de savoir : "qui suis-je?".


Dans cette quête identitaire, le jeune trouvera des modèles sur lesquels s'appuyer : parents, professeurs, copains, figures héroïques de film, de BD...

La fréquentation d' une bande, si fréquente à l'adolescence, renforcera le sentiment identitaire à travers un sentiment d'appartenance : plus on est nombreux, plus on se sent fort!


L'adolescent revêt souvent un caractère spectaculaire, théâtral, extrême, qui serait peut être considéré comme anormal d' ordinaire mais qui reste tout à fait normal à cette période de la vie.


Le besoin de s'affirmer est tellement criant à l'adolescence, et le sentiment identitaire tellement fragile, que ce paradoxe provoque parfois chez le jeune, des réactions extrêmes telles que : révolte, provocation, susceptibilité...


A ces remaniements psychiques, s' ajoutent les remaniements biologiques et hormonaux par la puberté, induisant d'importants changements corporels : le corps devient sexué!

Les boulversements auxquels l'adolescent doit faire face sont donc multiples. Les réponses parentales restent parfois difficiles à trouver.


A partir de quand peut on parler de crises ?


Un adolescent en crise entraine bien souvent une souffrance de toute la famille; " il fait tout le temps la tête, il refuse de participer, il s'enferme dans sa chambre H24, il met une ambiance épouvantable à la maison" entend-on souvent dans les cabinets de psy.

Rappelons que la "crise d'adolescence" exprime une souffrance liée à une période de la vie au cour de laquelle le jeune ne se reconnait plus.


On peut parler de crise à partir du moment où les changements sont envahissants et ingérables. Cette souffrance se traduira par une opposition systématique, une agressivité, des comportements potentiellement dangereux à répétition ( prise de drogue, fugue, conduites à risque ). Bien souvent, la crise s'accompagne d'un effondrement dépressif, à ne pas confondre avec une mauvaise humeur systématique.


Y a t-il une fin?....


Nous pouvons estimer, entre autres, que l'adolescence est achevée lorsque les limites sont intégrées, les interdits acceptés et que l'individu qui a trouvé sa propre position dans la société et en lui-même ne ressent plus le besoin de transgresser ces interdits.

C'est aussi à travers l'accès complet à l'autonomie que l'adolescence s'achève ; être un adulte c'est être autonome affectivement et matériellement!




Delphine Fargeon

Psychologue






48 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout